Utilisation abusive des véhicules administratifs
« Il y a des directeurs qui nous menacent… ». Mais ces menaces dont ils font l’objet et qu’a dénoncées le chef d’équipe Hippolyte Hounsou Djidjoho, n’émoussent guère leur ardeur. Dans la journée du samedi 13 juin 2015, les agents de la Direction générale du matériel et de la logistique (Dgml) et ceux de la Direction générale du garage central administratif (Dgca), ont procédé, une fois encore, au contrôle saisonnier des pièces des véhicules administratifs utilisés les week-ends. L’opération s’est déroulée à 13 carrefours stratégiques des villes de Cotonou et Abomey-Calavi. Sur les 109 véhicules contrôlés, 16 étaient en situation irrégulière. Soit le conducteur n’a pas son permis de conduire, soit l’ordre de mission n’est pas à jour. « Il faut dire que ça fait un pourcentage d’environ 14, 60. Comparativement à ce que nous avons fait à Parakou et à Bohicon, nous constatons que le taux des véhicules en situation irrégulière est en baisse », a informé le Dgca Thomas Akomédi. Pour le Dgml, Alfred Lambert Sama, cette baisse notée est peut-être due à l’effort de sensibilisation qui se poursuit sur le terrain. « Ceci dit, la baisse n’est pas très sensible. Si je rappelle les derniers chiffres nous étions à 15% de véhicules en situation irrégulière à Bohicon. Nous sommes descendus à 11% environ à Parakou. Mais là, aujourd’hui on remonte légèrement…Mais comme le Dgca l’a souligné, il y a un cas qu’on a remarqué. C’est que sur le poste de contrôle de Godomey, on s’est rendu compte que beaucoup de véhicules (12 arrêtés sur les 23 contrôlés Ndlr) étaient en situation irrégulière, ce qui a gonflé les chiffres », a fait observer M. Sama. Mais que faire face à la situation ? Le Dgml s’est expliqué : « La ville de Calavi est ville dortoir, donc beaucoup de cadres sont certainement en mouvement vers Cotonou et comme le poste de contrôle est à Godomey, ces véhicules ont été pris… Le problème que ça pose est que les gens utilisent les véhicules de pool comme des véhicules de fonction… Ce n’est pas bien. C’est contre les textes. Nous serons obligés de reprendre la vulgarisation des textes…Et il est temps qu’on puisse passer de l’étape de sensibilisation à l’étape de répression». Il faut souligner que les véhicules arrêtés ont été conduits au ministère de l’Economie et des FINANCES notamment au Garage central, sous la supervision de la Police nationale.